Les résultats des élections de représentativité dans les Très Petites Entreprises confirment la CGT comme première organisation syndicale au plan national, avec 25,12% des suffrages.

 

Les salariés qui se sont exprimés ont choisi de légitimer le syndicalisme CGT, qui propose, conteste, revendique, lutte et négocie ! La CGT sort confortée de cette élection et remercie les électeurs.

 

Cette satisfaction des résultats ne peut gommer l’amateurisme dont ont fait preuve le gouvernement et les services du Ministère du Travail tout au long du processus électoral.

 

Ils portent notamment la responsabilité du faible taux de participation des salariés à l’élection.

 

Alors que 4,6 millions de salariés étaient concernés par l’élection, aucune communication digne de ce nom dans les médias n’aura été organisée afin d’informer, sensibiliser et favoriser leur expression.

 

La CGT dénonce le gouvernement et ses services qui auront jalonné d’embuches l’élection des salariés des TPE comme par exemple le report des élections pendant les fêtes de fin d’année.

 

Le choix de permettre la participation de listes syndicales pourtant dans l’incapacité de représenter les salariés dans les commissions paritaires qui vont se mettre en place démontre que loin de l’affichage, la prise en compte de l’expression des salariés des TPE sur leurs besoins, leurs revendications n’intéressent que peu le gouvernement !

 

Les salariés ont amené la meilleure des réponses, celle de placer en tête et loin devant la CGT avec un résultat de 25,12% devant la CFDT à 15,44%.

 

Ces résultats confèrent de grandes responsabilités à la CGT, qui, forte de ce résultat, réaffirme son engagement auprès des salariés des TPE pour, avec eux, exiger des avancées réelles en matière sociale.

 

La CGT mesure les efforts de déploiement à réaliser pour mieux représenter les salariés des TPE, leur donner plus de place encore dans le syndicalisme CGT, le syndicalisme de tous les salariés.

 

 

 

Parce que l’entreprise, le travail, la richesse, ce sont les salariés. Pour respecter l’équilibre travail/ qualité de vie au travail...

 

 

 

 

Auxiliaires parentales, auxiliaires de vie, jardiniers ou encore enseignants, les métiers des services à la personne et de l’emploi familial par des particuliers employeurs sont extrêmement variés.

 

Seuls points communs : l’isolement et l’absence de reconnaissance de l’utilité de ces professions en matière d’autonomie, d’accueil et d’éducation des enfants. Ou tout simplement comme acteurs qui facilitent la vie de plusieurs millions de citoyens, salariés ou retraités.

 

La CGT demande un véritable statut de salarié et le droit à une sécurité sociale professionnelle pour un véritable ensemble de droits opposables et transférables d’un employeur à l’autre :

  1. - Droit à un emploi correctement rémunéré
    - Droit à un véritable déroulement de carrière avec la création de passerelles vers le milieu associatif ou les services publics
    - Maintien des droits pour le calcul de la retraite pendant les périodes chômées
    - Droit à la représentation et à l’activité syndicale

 

LES DOCUMENTS INDISPENSABLES

Feuilletez la convention nationale collective des salariés du particulier employeur :

 

Feuilletee le guide juridique: